Paris-Brest-Paris 1961 - Race Summary

These notes were used by Jean Richard to prepare for PBP 1966. The author of the notes is not known.

Start : September 06th, 1961
tandems: 09:00 a.m., bicyclettes: 10:00 a.m.

MORTAGNE (151 KM)

14 h 10 tandem Provot
15 h 00 Trapat, Lheullier, Fouace, Fuggi, Limouzi, Kasteren, Macaudière, Bulté, Martin, Mirate, Chauvet, Perrin, Nédellec, Garnerin, Schena, Duré, Triolet, Letronnier, Lecerf, Baumann
15 h 04 Paschoud
15 h 11 Lardoux
15 h 12 Soulabail, Duranthon

Départ rapide qui sélectionne immédiatement les participants. 45 ensemble au Pontel, 25 après La Queue-les-Yvelines. Démarrages incessants dans le groupe. 21 ensemble au contrôle.

PRÉ-EN-PAIL (213 KM)

16 h 52 tandem Provot
17 h 19 Fuggi, Nédellec, Fouace, Limouzi, Macaudière, Triolet, Kasteren, Lheullier, Baumann, Bulté
17 h 22 Letronnier
17 h 24 Perrin, Schena
17 h 26 Trapat

Le premier groupe de randonneurs ne comprend plus que 10 cyclos. Le géant hollandais Kasteren s'attarde au contrôle; plus que 9 en tête, qui repartent immédiatement. Ils sont pourchassés par Trapat qui veut combler son retard dû à une crevaison. À l'arrière, les écarts se creusent, marquant les premières défaillances, surtout parmi ceux qui ont essayé de tenir tête aux champions.

LAVAL (280 KM)

19 h 32 tandem Provot
19 h 46 Limouzi, Triolet, Fouace, Fuggi, Bulté, Lheullier, Macaudière, Nédellec
19 h 56 Baumann
20 h 00 Kasteren, Trapat, Letronnier
20 h 24 Duré, Schena, Garnerin, Perrin

La nuit tombe lorsque les premiers font leur apparition. Baumann a été lâché avant Mayenne. Cependant il repartira avec le groupe de tête qui s'attarde en s'équipant pour la nuit. Seuls Bulté et Triolet sont repartis immédiatement. Les leaders ne se ménagent pas, leur allure est heurtée, entrecoupée de démarrages. Macaudière, légèrement attardé au contrôle, rejoindra,
aidé par ses coéquipiers. Trapat n'a pu rejoindre, il repart immédiatement de Laval, continuant la chasse. Le Hollandais Kasteren s'attarde.

RENNES (352 KM)

22 h 33 tandem Provot
22 h 37 Bulté, Triolet
22 h 53 Fouace, Nédellec, Lheullier, Fuggi, Limouzi, Macaudière
23 h 16 Trapat, Kasteren
23 h 24 Baumann

Le groupe de 8 se reforme au départ de Rennes. Triolet et Bulté, arrivés 16 minutes avant leurs camarades, se sont habillés pour la nuit. Baumann, définitivement lâché, a été passé par Trapat, lui-même rejoint par Kasteren. Derrière, des groupes se sont formés pour passer la nuit. Les solitaires sont rares. Le vent est toujours très fort et quelques violentes averses réveillent les randonneurs. Le fossé se creuse entre les champions et les autres catégories de participants.

LAMBALLE (432 KM)

02 h 20 Lheullier, Fouace, Triolet
02 h 25 Macaudière, Limouzi, Nédellec, Bulté, Fuggi, tandem Provot
03 h 30 Baumann, Kasteren
04 h 40 Martin H., Chauvet, Perrin, Garnerin
04 h 50 Letronnier

Dans la nuit bretonne, la bourrasque continue, violente, comme la bataille du groupe de tête. Trois hommes se sont détachés, mais tous se retrouvent au contrôle. Ils repartiront ensemble. Trapat a chuté 20 kilomètres après Rennes. Il a été tenté de repartir mais épuisé par sa chasse, il rebrousse chemin et abandonne. Baumann a rejoint Kasteren: les deux grands roulent ensemble. À l'arrière, les meilleurs se retrouvent et progressivement, ils assurent leurs places.

GUINGAMP (485 KM)

04 h 45 Fouace, Bulté, Triolet, Nédellec, Limouzi, Lheullier, Macaudière, Fuggi
05 h 35 tandem Provot
06 h 20 Baumann, Kasteren
07 h 25 Duré
07 h 40 Martin H., Garnerin

Tous les 8 ensemble. Le tandem est lâché, une chute, due à un instant d'assoupissement de Provot, accentue le retard; rien de grave. C'est toujours la nuit lorsque le groupe de tête reprend la route. Baumann, toujours accompagné de Kasteren, perd du temps sur les premiers qui se sont enfin associés pour lutter contre le vent. Guichard et Anselme remontent sérieusement. Duré chasse toujours seul. Les Nantais, bien groupés, forment une belle équipe de randonneurs.

MORLAIX (540 KM)

07 h 12 Fouace, Triolet
07 h 19 Limouzi, Nédellec, Macaudière, Fuggi, Bulté
07 h 40 Lheullier
08 h 31 tandem Provot
09 h 09 Baumann
09 h 54 Kasteren

Le jour se lève sur la lande. La partie la plus sévère du parcours va servir de décor à l'offensive du futur vainqueur. En effet, à Belle-Île-en-Terre, Fouace place un démarrage violent et s'enfuit dans la dure rampe située après le village. Seul Triolet peut le suivre. C'est le moment que choisit Lheullier pour crever, après avoir fait une chute. Kasteren, l'homme des pays plats, ignore les côtes bretonnes et les braquets de montagne, comme il ignore les vélos de randonneurs. Il ne peut suivre Baumann. 48x19 et des chaussures de ville, un équipement rudimentaire, et, malgré cela, notre Batave est dans les dix premiers; c'est un exploit!

BREST (600 KM)

09 h 22 Fouace
09 h 42 Triolet
09 h 44 Limouzi
09 h 45 Nédellec, Macaudière, Bulté
09 h 47 Fuggi
10 h 12 Lheullier
11 h 16 tandem Provot
11 h 53 Baumann

Dès le retour, le temps est beau et le vent favorable. Fouace a lâché Triolet avant Saint Thégonnec. Seul, il accélère et l'écart se creuse. Triolet, fatigué, perdra beaucoup de temps, tandis que les rescapés du groupe, qui ne s'entendent pas, roulent par à-coups. Lheullier, qui souffre des genoux, perd progressivement du terrain. Plus loin, Duré a passé Kasteren mais ne peut inquiéter Baumann. Fouace attend un moment au contrôle puis décide de continuer seul, tandis que Limouzi, Nédellec et Macaudière entament la chasse sans attendre Bulté et Fuggi qui se ravitaillent et font toilette. Comme dans les autres contrôles, le tandem prend son temps.

MORLAIX (retour) (660 KM)

11 h 36 Fouace
12 h 06 Macaudière, Limouzi, Nédellec
12 h 09 Fuggi, Bulté
12 h 12 Triolet
12 h 48 Lheullier
14 h 25 tandem Provot
14 h 42 Baumann

Fouace continue seul. Le trio des poursuivants s'est arrêté une demi-heure à Landivisiau mais n'est pas rejoint par Bulté et Fuggi qui ne sont qu'à 3 minutes. Triolet, fatigué, rétrograde et Lheullier seul ne regagne rien. Le tandem roule seul à son allure. Baumann a encore perdu du terrain.

GUINGAMP (retour) (715 KM)

14 h 00 Fouace
14 h 20 Macaudière, Limouzi, Nédellec
14 h 35 Bulté
14 h 45 Triolet
14 h 55 Fuggi
15 h 10 Lheullier
17 h 15 tandem Provot
17 h 55 Baumann

Le trio a repris 10 minutes à Fouace ; la poursuite continue, acharnée. Bulté a perdu un peu de terrain, il est seul. Fuggi a baissé sa cadence et Triolet l'a passé. Lheullier chasse courageusement, il ne perd pas de terrain.

LAMBALLE (retour) (768 KM)

15 h 50 Fouace
16 h 10 Limouzi, Nédellec, Macaudière
16 h 30 Bulté
16 h 55 Triolet, Fuggi
17 h 05 Lheullier
19 h 45 tandem Provot, Baumann
21 h 20 Duré

L'écart ne change pas entre les premiers. Le trio Herse, pourtant bien soudé, ne peut que conserver sa distance sur un Fouace nettement supérieur. Les autres perdent régulièrement du terrain, sauf Lheullier qui se maintient. Baumann a enfin rejoint le tandem dont la cadence baisse à l'approche de la seconde nuit.

RENNES (retour) (848 KM)

18 h 23 Fouace
19 h 08 Nédellec
19 h 15 Macaudière
19 h 34 Bulté
20 h 17 Lheullier
21 h 30 Triolet
00 h 45 tandem Provot
01 h 10 Baumann

Coup de théâtre derrière Fouace qui caracole: le groupe des 3 poursuivants se disloque: Limouzi est contraint à l'abandon, il souffre terriblement d'un genou. Nédellec doit partir seul, car Macaudière ne peut suivre l'allure. Triolet et Fuggi vont faire un somme dans un pré. Fuggi abandonnera à Rennes. Lheullier passe en 5ème position, toujours acharné dans sa poursuite. Baumann qui dort littéralement sur son vélo, est abandonné par le tandem Provot, continuant imperturbablement son chemin.

LAVAL (retour) (920 KM)

20 h 58 Fouace
21 h 56 Nédellec
22 h 32 Macaudière
23 h 15 Bulté
23 h 32 Lheullier
04 h 00 Triolet
05 h 55 Baumann
06 h 57 tandem Provot

Encore une fois, Fouace prend du champ. Nédellec, seul, a perdu sur le leader qui roule très fort. Macaudière, souffrant des genoux, parle d'abandon. Enfin, soigné, il repart. Nédellec a dû changer sa pédale cassée depuis le contrôle de Mortagne à l'aller. Il a donc roulé près de 800 kilomètres sur l'axe. Sa cheville sera douloureuse pendant plusieurs jours. Si les 5 premiers roulent toujours à une belle cadence, leurs suivants s'éloignent considérablement, ils ne peuvent plus avoir qu'une ambition: conserver leur place. Le tandem, lui, s'est reposé, mais la seconde nuit est pénible.

PRÉ-EN-PAIL (retour) (987 KM)

23 h 58 Fouace
00 h 58 Nédellec
02 h 13 Macaudière
02 h 15 Bulté
02 h 48 Lheullier
08 h 05 Triolet
09 h 40 Baumann
10 h 25 tandem Provot, Guichard, Anselme

La nuit est très froide, le vent est tombé. Le premier passe avant minuit, il s'arrête un moment, son estomac le fait souffrir, ce qui ne l'empêche pas d'avoir encore augmenté son avance. Nédellec repart immédiatement, il paraît très en forme, tandis que Macaudière se fait rattraper par Bulté qui sent Lheullier à ses trousses. Derrière, l'écart s'est sérieusement creusé. Triolet et Baumann ont dormi. Le tandem s'est fait rattraper par les infatigables randonneurs Anselme et Guichard, tandis que Kasteren revient fort avec Martin et Perrin.

MORTAGNE (retour) (1.049 KM)

02 h 40 Fouace
03 h 30 Nédellec
04 h 56 Bulté, Macaudière
05 h 57 Lheullier
10 h 49 Triolet
12 h 22 Baumann
13 h 30 tandem Provot, Kasteren, Guichard, Anselme, Perrin, Martin

Cette seconde nuit voit la poursuite se préciser: Nédellec espère encore rejoindre Fouace qui ne peut avaler que des aliments liquides, son estomac douloureux le fait souffrir et retarde quelque peu sa marche; Bulté et Macaudière sont toujours talonnés par Lheullier. Derrière, très loin maintenant, des groupes se sont reformés, mais les écarts grandissent toujours. À noter les belles remontées de Martin, Perrin et Kasteren.

DREUX (retour) (1.122 KM)

05 h 40 Fouace
06 h 19 Nédellec
08 h 20 Bulté, Macaudière
08 h 56 Lheullier
14 h 10 Triolet
15 h 25 Baumann
17 h 20 Anselme, Guichard, Perrin, Martin, tandem Provot
17 h 40 Kasteren
18 h 10 Larcher

Les places semblent acquises, mais Nédellec a repris encore 11 minutes à Fouace. Tous les deux semblent maintenant très fatigués et finiront sensiblement avec le même écart. Macaudière aura moins de chance, après avoir suivi Bulté pendant 200 kilomètres, il s'écroulera littéralement, arrivé au pont de Sèvres, à 3 kilomètres du but; étendu sur le trottoir, il ne pourra terminer qu'aidé par ses camarades et Lheullier viendra le passer sur le poteau, trouvant ainsi la récompense de son opiniâtreté.

Thanks to Jean Richard for providing this information - May 2004

_